Avis Public: AVIS PUBLIC IMPORTANT EN CE QUI CONCERNE LES COMMUNICATIONS view more information
Passengers on ship

Histoire

NORD-EST DE L’ONTARIO

Relier l’île Manitoulin à la péninsule Bruce

Manasoo
Manasoo (211 ft. x 42 ft.)
Manitoulin
Manitoulin
Normac
Normac
Caribou
Caribou
Manitou
Manitou
Hibou
Hibou
Norgoma
Norgoma
Norilse
Norilse
Chi-Cheemaun
Chi-Cheemaun
Nidawayma
Nidawayma

Créée en 1921 par trois hommes d’affaires d’Owen Sound, propriétaires de la North American Bent Chair Company, la Société de transport d’Owen Sound (STOS) a exploité le bateau à vapeur de la société de fabrication de chaises, le SS Michipicoten, pour approvisionner en matériel la rive nord du lac Huron et l’île Manitoulin, et pour livrer les produits finis provenant d’Owen Sound.

En 1926, la STOS achetait un navire à vapeur à coque d’acier, le Madjeska, l’exploitant brièvement comme bateau d’excursion entre Owen Sound et Sault Ste. Marie, avant de le remettre à neuf en aménageant des cabines et des chambres d’officier pour qu’il puisse accueillir 150 passagers. L’année suivante, rebaptisé SS Manitoulin et sous le commandement du capitaine Norman McKay, le bateau faisait des excursions hebdomadaires vers Killarney, l’île Manitoulin, Sault Ste. Marie et l’île Mackinac. En 1928, la STOS ajoutait à sa flotte le SS Manasoo, un bateau d’excursion et de transport de marchandises.

En 1931, quatre sociétés offraient des services de traversier pour les passagers, les véhicules et les marchandises à partir d’Owen Sound quand la STOS a lancé le MS Normac, nommé d’après le nom de son directeur général, le capitaine Norman McKay. Cette année-là également, la STOS achetait la liaison offerte par un concurrent, ainsi que son bateau à vapeur, et Henry Pedwell le renomma SS Kagawong.

Pendant 30 ans, le MS Normac a assuré les services saisonniers de traversier entre Tobermory, sur la péninsule Bruce et South Baymouth, sur l’île Manitoulin. À cette époque, la STOS fusionna avec la Dominion Transportation Company, ajoutant un nouveau navire, le SS Norisle, d’une capacité de 50 automobiles et 250 passagers et, en 1963, elle ajoutait le navire à moteur diesel MS Norgoma pour faire face à l’augmentation du trafic.

En 1974, l’Ontario northland Transportation Company (ONTC) faisait l’acquisition de la STOS et lançait le navire à la fine pointe de la technologie, le MS Chi-Cheemaun (qui signifie « grand canot ») capable de faire traverser 600 passagers et près de 150 véhicules en moins de deux heures.

Aujourd’hui, après s’être séparée de l’ONTC en 2002, la Société de transport d’Owen Sound est devenue un organisme commercial gouvernemental de la Province de l’Ontario, dont le siège social est à Owen Sound, et qui possède le MS Chi-Cheemaun et le MV Niska 1. L’entreprise offre également, à contrat pour le ministère des Transports de l’Ontario, un service annuel de transport vers l’île Pelée, dans le lac Érié.

 

SUD-OUEST DE L’ONTARIO

L’histoire du service de traversier vers l’île Pelée

Erie Belle
Erie Belle
City Dresden
City Dresden
Steamer Telegram
Steamer Telegram
Imperial
Imperial
Alfred Clark
Alfred Clark
Steamer Pelee
Steamer Pelee
Waubic
Waubic
HMV Avon
HMV Avon
Leamington
Leamington
Pelee Islander
Pelee Islander
Upper Canada
Upper Canada
Jiimaan
Jiimaan

Le transport vers l’île Pelée à partir du début des années 1800 jusqu’en plein cœur du vingtième siècle était tributaire du commerce privé.

À l’été de 1821, des arpenteurs américains travaillant dans les îles du bassin ouest du lac Érié ont loué le Sylph, le premier navire « baptisé » à s’arrêter à l’île Pelée. Une décennie plus tard, la goélette Adelaide assurait une liaison régulière entre l’île Pelée et le continent. Dès les années 1840, plusieurs goélettes, comme le Chapman, le Comet et l’Ambush approvisionnaient les résidents de l’île.

La première tentative pour établir une liaison régulière avec l’île fut celle de courte durée amorcée en 1870 par le bateau à vapeur SS Valley City. D’autres bateaux à vapeur ont aussi tenté leur chance au cours de cette période, dont le Lake Breeze et le Bob Hackett. Pendant les 30 années suivantes, les résidents de l’île Pelée ont été desservis par les navires Erie Belle, Queen City, City of Dresden, Telegram, Lakeside et Imperial.

Au tournant du siècle, les résidents de l’île décidèrent que le temps était venu d’établir une liaison plus fiable, et ils ont créé une société par actions pour acheter le SS Saugatuck. Rebaptisé Alfred Clark, le bateau à vapeur a assuré la stabilité du transport pendant la période de 1909 à 1913, jusqu’à ce que la société Windsor and Pelee Island Steamship Co., d’Amherstburg, commande à la Collingwood Shipbuilding Company la construction d’un navire pour assurer le commerce avec l’île Pelée.

Baptisé SS Pelee, le bateau était un chef-d’œuvre d’ingénierie, un bateau à vapeur très fiable pour le transport de marchandises et de passagers, pouvant accueillir confortablement 500 personnes. Fait d’acier et muni d’un moteur à réaction à triple expansion développant 500 hp et pouvant naviguer à la vitesse moyenne de 22,5 km à l’heure, le SS Pelee a pu facilement répondre aux besoins de la population locale pendant les 50 années suivantes.

D’autres navires, comme le Islet Prince et le SS Waubic, ont contribué au commerce avec l’île en même temps que le Pelee, puis le MV Avon est arrivé en 1951, suivi du Leamington en 1957. Pourtant, la tradition bien établie de commerce avec l’île serait bientôt interrompue.

 

Sécurité et fiabilité : De nouvelles priorités

En l’espace de quelques années, le gouvernement canadien a réglementé de façon plus rigoureuse les exigences en matière de sécurité, ce qui augmentait les coûts liés à l’exploitation et à la fiabilité des navires, limitant ainsi la concurrence dans le secteur privé. En réaction à la pénurie d’exploitants de traversiers, le gouvernement fédéral a commandé la construction du MV Pelee Islander en 1960. Pouvant transporter 16 véhicules et 285 passagers, le Islander était exploité par la Pelee Shipping Company et subventionné par son propriétaire, le gouvernement fédéral, avant d’être cédé au gouvernement provincial pour la somme d’un dollar.

Le MV Upper Canada, d’une capacité de 12 véhicules et de 100 passagers, s’ajoutait à la flotte, en 1977, pour appuyer le Islander. Au cours de la décennie suivante, la croissance économique et le changement des besoins des résidents de l’île ont augmenté la demande de liaisons ainsi que l’incertitude quant à l’efficacité future des navires.

 

Une technologie à la fine pointe pour répondre à la demande croissante

À la fin des années 1980, le retour de la viticulture a suscité l’intérêt des touristes et plusieurs personnes se sont établies sur l’île dans des résidences d’été. Ainsi, au début des années 1990, l’île était devenue une destination de villégiature permettant de se soustraire aux bouchons de circulation et à l’animation des villes, à quelques heures de route à peine. Tous ces facteurs rendaient évidente la nécessité d’établir un réseau de transport mieux adapté.

Le gouvernement provincial a réagi à ce nouvel engouement pour l’île en commandant la construction d’un bateau plus grand, le navire de 61 mètres (200 pi) MV Jiimaan. Construit au chantier naval de Port Weller, en Ontario, le Jiimaan a fait sa première traversée en août 1992. Capable de transporter 400 passagers et 34 véhicules, cet impressionnant bâtiment comportait des systèmes modernes d’aide à la navigation, dont une timonerie informatisée, des caméras de surveillance et un système de détection des incendies avec écran de surveillance. Les aménagements pour les passagers comprennent une boutique de souvenirs, une cafétéria et une galerie d’art.

Aujourd’hui, le MV Jiimaan et le MV Pelee Islander continuent d’assurer une liaison sûre et fiable pour contribuer à la croissance économique de l’île Pelée, pour transporter les produits agricoles et les gros équipements de construction et aussi pour desservir une industrie de la villégiature et du tourisme en pleine effervescence.